Tout savoir sur l’électrocardiogramme

Selon la situation, un médecin peut demander une analyse de l’activité cardiaque. Ce sera notamment le cas face à des patients d’âge avancé présentant divers symptômes : sentiment de fatigue, difficulté à dormir, problèmes respiratoires, perte d’appétit… L’électrocardiogramme constitue l’un des principaux examens à réaliser pour compléter un examen clinique lors d’une consultation cardiologique. Le point sur cet examen.

Qu’est-ce que l’électrocardiogramme ?

L’électrocardiogramme est un test qui permet d’étudier le fonctionnement du cœur grâce à l’analyse de l’activité électrique de ce dernier. Il faut savoir qu’à l’instar des autres muscles de l’organisme, le cœur se contracte sous l’influence d’impulsions électriques successives.

L’électrocardiogramme va mesurer et enregistrer cette activité électrique et ainsi permettre de déceler d’éventuelles anomalies. Ici, une précision s’impose. En fait, l’électrocardiogramme désigne le tracé obtenu après un examen appelé électrocardiographie (ECG).

Passer un électrocardiogramme : les raisons les plus courantes

L’électrocardiogramme constitue l’un des examens médicaux les plus importants en cardiologie. On le prescrit pour diverses raisons, généralement lorsqu’on suspecte un problème cardiaque ou lorsqu’on veut suivre l’évolution d’un problème cardiaque :

  • Douleurs thoraciques d’origine non traumatique ;
  • Pour déceler des arythmies, c’est-à-dire un problème de rythme cardiaque. Lorsque le cœur bat trop vite (plus de 100 bpm) on parle de tachycardie. Lorsqu’il bat trop lentement (moins de 60 bpm), on parle de bradycardie. Mais on parle également d’arythmie lorsque le cœur bat à rythme irrégulier sans que cela soit ni trop rapide ni trop lent ;
  • Pour déceler d’autres troubles cardiaques : artériosclérose (épaississement et durcissement des parois artères entrainant un dérangement de la circulation sanguine), insuffisance coronarienne (conséquence du rétrécissement des artères coronaires), insuffisance cardiaque, affections aux valvules… ;
  • Pour suivre l’évolution de la maladie cardiaque d’un patient ;
  • En cas d’admission aux urgences pour une douleur thoracique ;
  • Lors d’un bilan de santé générale ou lors d’un bilan préopératoire ;

Déroulement de l’examen

L’électrocardiogramme est réalisé à l’aide d’un appareil appelé électrocardiographe. L’examen est non invasif (rien n’est injecté dans le sang) et non douloureux. Et, il exige que la personne soit allongée.

L’examen se passe en plusieurs étapes :

  • On colle des électrodes (entre 12 et 15) à la surface de la peau au niveau du thorax, des bras et des jambes. En cas de besoin et pour une meilleure adhérence des électrodes, la peau est lavée et séchée ;
  • Une fois les électrodes posées, l’électrocardiographe transcrit les résultats de son analyse sous forme de tracé inscrit sur un papier millimétré ;
  • En général, un ECG dure entre 10 à 15 minutes ;

Interprétation des résultats

L’électrocardiogramme normal se présente sous la forme d’un tracé sinusal avec différentes périodes électriques. Ce tracé informe sur :

  • La fréquence cardiaque : le nombre de battements du cœur ;
  • La présence d’une arythmie (absence d’un élément sur la courbe) ;
  • L’amplitude des ondes (intensité de l’impulsion cardiaque) ;
  • La différence de durée des intervalles ;

Suivant les résultats de l’ECG, le médecin demandera d’autres examens complémentaires pour infirmer ou confirmer ses constatations.